27 avril 2008

Funny Games U.S. - Michael Haneke (2008)

Funny Games US C'est une première dans l'Histoire du Cinéma. Hitchcock avait déjà réalisé le remake de son propre film L'Homme Qui en Savait Trop, Gus Van Sant avait réalisé le remake quasi plan par plan de Psychose, et maintenant Michael Haneke combine les deux, en réalisant le remake plan par plan de son propre film réalisé en 1997, Funny Games. Beaucoup de personnes se demandent où est l'intérêt et Haneke leur répond que c'est pour toucher un public plus large, vu que ce sont avant tout les Américains qui sont visés dans le film... [Lire la suite]
Posté par straw dogs à 12:02 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

20 avril 2008

Trilogie Indiana Jones - Steven Spielberg (1980, 1984, 1989)

Spielberg n'est jamais aussi bon que quand il fait du pur spectacle. Ce mec est un vrai showman, son sens du spectacle est carrément incroyable et c'est ça qui en fait un cinéaste majeur. Par contre dès qu'il essaye de faire de l'émotion, malgré toute sa sincérité et son envie de bien faire, ça devient sirupeux, indigeste, excessivement mélodramatique jusqu'à sombrer dans le ridicule (cf La Liste de Schindler, Il faut sauver le soldat Ryan, E.T., A.I. ...). Il est très maladroit en fait, il ne sait pas toujours s'y prendre comme il... [Lire la suite]
Posté par straw dogs à 14:59 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
14 avril 2008

La Mouche - David Cronenberg (1986)

The Fly Le film est court, sa simplicité narrative est évidente et sa beauté plastique n'a pas besoin d'artifices inutiles pour impressionner. Comme quoi, il n'y a pas besoin d'en faire trop pour faire un chef d'oeuvre. En tout cas, même après trois visionnages assez rapprochés, je n'en reviens toujours pas. Décidément tout est bon chez Cronenberg et j'ai toujours autant de mal à parler de ses films et à tout saisir. Et La Mouche a beau être un de ses films les plus accessibles, il n'en reste pas moins troublant et parfois assez... [Lire la suite]
Posté par straw dogs à 15:11 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
11 avril 2008

Rouges et Blancs - Miklos Jancso (1968)

Csillagosok, Katonàk 1918, en Russie. La Révolution bat son plein, opposant les Rouges bolcheviks et les Blancs. Le combat semble irréel, dénué de sens et de toute logique, entre exécutions sommaires et mises à mort sadiques. Le climat est glacial, la violence est frontale, aucun sentiment, aucun état d'âme, les hommes sont comme des pions sur un gigantesque jeu d'échecs comme le soulignent plusieurs de plans. La progression narrative ne suit aucune véritable logique, il n'y a pas d'intrigue, pas de véritables enjeux dramatiques,... [Lire la suite]
Posté par straw dogs à 11:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 avril 2008

Sweet Sixteen - Ken Loach (2002)

Sweet Sixteen Enfin un Loach sensible qui reste virulent sans être trop démonstratif, qui s'attache réellement à ses personnages sans s'appitoyer. On est dans du pur cinoche social, ça gueule, ça pleure, ça frappe, c'est très dur et pessimiste jusqu'au bout. Liam n'a aucune issue possible dans cette société libéraliste corrompue qui pervertit tout. Loach nous montre la misère frontalement mais sans jamais essayer de nous faire sentir coupables, on se retrouve confronté au malheur, un malheur sans échappatoire. Le cinéaste manie la... [Lire la suite]
Posté par straw dogs à 11:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
09 avril 2008

Un mercredi maussade

Je me faisais chier cet après-midi là... Du coup je me suis mis à filmer n'importe quoi avec mon téléphone pour m'occuper. Le résultat est évidemment assez pitoyable mais je le publie quand même parce que j'aime bien la musique ("Jail" de Down) et puis y'a un ou deux plans et quelques idées sympas :D
Posté par straw dogs à 17:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
06 avril 2008

Que le Spectacle Commence ! - Bob Fosse (1980)

All That Jazz Bob Fosse réalise ici un très beau film souvent à la limite de l'autobiographie puisque le personnage principal est comme lui un célèbre chorégraphe et metteur en scène de Cinéma et de comédies musicales. Le regretté Roy Scheider interprète ce héros bouleversant dont les projets ambitieux sont dérangés par des problèmes cardiacs. Narcissique, égoïste, désabusé, passionné et passionnant, Joe Gideon est un personnage fascinant et finalement attachant. Obsédé par son art et son travail, il se met constamment en scène... [Lire la suite]
Posté par straw dogs à 19:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]