04 octobre 2008

Desperate Housewives - Saison 3

dh

Je n'ai jamais été un grand adepte de séries télé. Desperate Housewives m'a fait changer radicalement de point de vue. Avec ses intrigues de sitcom, ses décors clinquants qui rappellent Les Feux de l'Amour et ses personnages de bourgeois coincés, la série s'amuse avec délectation à détruire à petit feu "l'idéal de vie américain" en nous montrant l'envers du décor, en déconstruisant brique par brique l'édifice du rêve américain. Chaque personnage a ses secrets plus ou moins sombres, ses faiblesses, la bulle de Wisteria Lane est sans arrêt sur le point d'éclater.

Après une seconde saison fort réussie mais qui s'essoufflait un peu sur la fin comparativement à l'extraordinaire première saison, Marc Cherry & Charles Pratt remettent le couvert et livrent une troisième saison intense, riche en émotions et en surprises. Bon je dis pas que c'est passionnant et superbe de bout en bout, il y a quelques coups de mou, ça tourne parfois en rond, mais il y a suffisamment d'épisodes réellement géniaux et de moments bouleversants pour scotcher suffisamment. Notamment un épisode de prise d'otage dans un super-marché, fulgurant, intense, virtuose, totalement inattendu. Et un autre, également très fort où la mère d'Orson essaye de tuer Bree. Dans des moments comme ça, on est complètement bouleversés tellement on s'est attaché aux personnages.

Car oui on s'y attache à ces personnages, et plus que jamais dans cette saison, car plus encore qu'auparavant ils nous apparaissent dans toute leur fragilité. Mention spéciale à Eddie qui s'offre le luxe de s'accaparer le twist final et qui derrière ses airs de femme fatale cruelle, révèle une sensibilité émouvante et un véritable besoin d'amour. Et puis Lynette, aussi qui, avant d'apprendre son cancer, se surprend à tomber amoureuse d'un employé de sa pizzeria. Il lui avoue ses sentiments, elle le licencie, lui reprochant d'avoir tout gâché. Quand elle rentre chez elle et qu'elle se met à pleurer en faisant couler l'eau du bain pour que Tom ne l'entende pas, on pleure avec elle, c'est inévitable. Ces moments là on ne les oublie pas, par contre l'histoire de Susan, Mike et Ian par exemple on l'oublie. C'est comme ça, une série ne peut pas être passionnante dans ses moindres détails. Bon et puis sinon c'est toujours aussi bien mis en scène et aussi bien joué (Kyle Mac Lachlan, plus de 15 ans après Twin Peaks, est toujours aussi génial). Franchement très bonne série qui réussit à vraiment captiver malgré son apparente redondance.

desperate_housewives_s3_still

Posté par straw dogs à 12:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Desperate Housewives - Saison 3

Nouveau commentaire