25 juillet 2008

L'Arche Russe - Alexandre Sokourov (2002)

Russian Ark,A la recherche du temps perdu... Traverser la totalité du musée de L'Ermitage en un seul plan-séquence, tel est le pari technique et esthétique plus qu'ambitieux choisi par Alexandre Sokourov pour réaliser L'Arche Russe. Un pari de taille qui aurait pu s'avérer aussi plus que foireux. Il y a bien sûr quelques erreurs de mise en scène inévitables, quelques maladresses regrettables, quelques icohérences, mais le résultat reste subjuguant - un des grands moments de Cinéma du 21ème siècle. Plus de 300 acteurs, des centaines... [Lire la suite]
Posté par straw dogs à 12:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

21 juillet 2008

Trilogie Le Parrain - Francis Ford Coppola (1972 - 1974 - 1990)

Spleen et idéal Le Cinéma de Coppola a quelque chose de baudelairien. Ses personnages sont rongés par le spleen, tourmentés par la peur du temps qui passe inexorablement. Kurtz, Motorcycle Boy, Michael Corleone, Dracula, Peggy Sue... Même malaise, même trouble face à l'abîme du temps. Coppola a toujours dit qu'il y avait une logique dans son oeuvre, que tout prenait forme au fur et à mesure, que chaque film rajoutait une pierre à l'édifice qu'il construit depuis le début de sa carrière. Et effectivement, chaque ... [Lire la suite]
Posté par straw dogs à 15:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
19 juillet 2008

Autoportrait sino-cinéphile

Je m'essaye avec plaisir à ce petit questionnaire que j'ai découvert sur l'excellent blog de Dasola et celui de DVDtator Si j'étais...Un Film Un RéalisateurIngmar BergmanUne Histoire d'AmourMonika, d'Ingmar Bergman. Un SourireCelui de Mia Farrow dans La Rose Pourpre du Caire d'Allen. Un RegardCelui de Nicole Kidman dans Eyes Wide Shut de Stanley KubrickUn ActeurMarlon Brando Une ActriceLiv UllmanUn DébutCelui d'Apocalypse Now de Francis Ford Coppola.Une Fin Celle de Zabriskie Point de Michelangelo Antonioni ... [Lire la suite]
Posté par straw dogs à 18:43 - Commentaires [4] - Permalien [#]
18 juillet 2008

Zabriskie Point - Michelangelo Antonioni (1970)

  L'Utopie Désordre social, désordre politique, désordre rythmique, désordre sonore, désordre visuel, désordre narratif et scénaristique... Zabriskie Point est un film fait de désordre(s) et d'explosions. Panoramiques rapides, travellings bruts de décoffrage, cadrages expérimentaux, raccords irrationnels et inattendus, couleurs saturées, zooms violents, variations de style, alternances incessantes de silence et de musique tonitruante, narration tantôt rapide, tantôt très lente... Le désordre est total dans ce... [Lire la suite]
Posté par straw dogs à 18:50 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
15 juillet 2008

'Cross the Breeze

P'tit film expérimental improvisé un mardi après-midi, filmé tout seul avec un téléphone portable (alors un peu de compréhension SVP xD ) et monté avec Power Director. Pour une fois, je me suis mis moi-même en scène, on voit même ma tronche en gros plan c'est à pisser de rire le jeu d'acteur de malade ^^ ! Y'a quelques raccords ratés, je m'en excuse, mais dans l'ensemble je trouve ça sympa. Observez bien dans le plan final (que j'aime beaucoup) je manque de me casser la gueule c'est trop fort ! J'me suis même amusé à faire un... [Lire la suite]
Posté par straw dogs à 19:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 juillet 2008

Woody Allen

Matter un film de Woody Allen pour moi, c'est quelque chose de réconfortant, comme une thérapie. CITATIONS signées Woody : "Mon seul regret dans la vie : ne pas être quelqu'un d'autre!" Ce n'est pas que j'ai peur de mourir. Je veux juste ne pas être là quand ça arrivera." "Je ne veux pas devenir immortel par mon oeuvre, je veux devenir immortel en ne mourant pas." "Les êtres humains sont divisés en deux: esprit et corps. L'esprit est attiré par de nobles aspirations comme la... [Lire la suite]
Posté par straw dogs à 17:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 juillet 2008

Manhattan - Woody Allen (1979)

"New York was his town and it always would be".  La musique de Gershwin, la photo noir & blanc de Gordon Willis (chef op' du Parrain quand même !), les dialogues d'Allen, la fraîcheur de Diane Keaton (tiens, encore une qui était dans Le Parrain, décidément !)... Manhattan, c'est du bonheur à l'état brut, un des chefs d'oeuvre de Woody qu'on ne se lasse pas de revoir et qui, sous ses airs de comédie romantique sans conséquence cache une grande profondeur et un mal-être déchirant. C'est très drôle, émouvant... [Lire la suite]
Posté par straw dogs à 12:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
07 juillet 2008

Saga Matrix - Larry & Andy Wachowski (1999 - 2003)

L'existentialisme est un humanisme. Il y a des oeuvres comme ça qui marquent l'histoire du Cinéma. Matrix, premier du nom, en fait partie, et c'est peut-être le dernier film fondamentalement "important" de ces dernières années. Près de dix ans après, le film ne cesse d'influencer et de faire parler de lui. C'est un peu le film-bilan du 20ème siècle, qui condense toutes les obsessions d'une époque, multipliant les références philosophiques, religieuses et artistiques. Un gigantesque melting-pot où l'on retrouve aussi bien... [Lire la suite]
Posté par straw dogs à 17:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
06 juillet 2008

Ken Park - Larry Clark & Ed Lachman (2002)

Chronique sociale très crue et ambigue de la jeunesse américaine, Ken Park est un très beau film, aussi émouvant que profondément dérangeant. On est ici dans une vision assez naturaliste du Cinéma, il y a une forte volonté de tout montrer, jusqu'aux aspects les plus sordides de notre société, et jusqu'à pousser le film aux frontières de la pornographie. Clark explore les corps de ses jeunes acteurs dans les moindres détails, quitte à nous montrer des pénis en gros plans, mais ça ne sombre jamais dans le voyeurisme primaire. Il caresse... [Lire la suite]
Posté par straw dogs à 12:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 juillet 2008

Diary of the Dead - George A. Romero (2008)

Filmer tue. Romero n'est pas un cinéaste qui fait dans la dentelle, ses films sont sans concession, sans états d'âme. Ici, encore une fois, le message est fort et clair, la satire virulente, la métaphore explicite, et la démarche frontale et véhémente rappelle celle de DePalma dans son dernier film Redacted. On n'est pas là pour faire dans la demi-mesure, quitte à rabacher un peu trop, et pourtant, malgré tant de brutalité et d'impudence, le film reste assez subtil. Les images s'entrechoquent, s'entrecroisent, s'entredévorent,... [Lire la suite]
Posté par straw dogs à 11:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]