Manhattan_1979_2

"New York was his town and it always would be".

 La musique de Gershwin, la photo noir & blanc de Gordon Willis (chef op' du Parrain quand même !), les dialogues d'Allen, la fraîcheur de Diane Keaton (tiens, encore une qui était dans Le Parrain, décidément !)... Manhattan, c'est du bonheur à l'état brut, un des chefs d'oeuvre de Woody qu'on ne se lasse pas de revoir et qui, sous ses airs de comédie romantique sans conséquence cache une grande profondeur et un mal-être déchirant. C'est très drôle, émouvant aussi, plein de répliques inoubliables, de moments magiques. Le film touche droit au coeur, il transporte, enchante et bouleverse.

C'est sans doute un des Allen les plus aboutis esthétiquement. Les plans sont tous d'une beauté renversante, les paysages et les corps sont magnifiquement photographiés, superbement éclairés, c'est très épuré, très régulier, bref, du grand Art. La caméra semble légère comme une plume, quand elle se déplace c'est avec une grâce inouïe, ses mouvements sont simples et précis, tout semble suivre une géométrie prédéfinie et rigoureuse, une logique implacable et mathématique.

Le film reste dans la trajectoire qu'il s'est pré-dessinée et ne s'en écarte jamais, et il garde pourtant un charme immense ; c'est très calculé mais ça reste frais, on sent une certaine liberté malgré que le film semble suivre rigoureusement son schéma de départ, on a l'impression que tout peut partir en vrille d'un moment à l'autre, que le film est constamment au bord de l'implosion. La finesse de l'écriture atteint des sommets aussi, on savait Allen doué pour les boutades, mais là ça relève du génie !

Ce qui étonne toujours chez Woody, c'est la gravité dissimulée derrière la simplicité apparente et son humour pince-sans-rire qui fait toujours mouche. Les réflexions métaphysiques et philosophiques sont amenées avec légèreté, on discute d'art sur un ton amusant et décomplexé, les conflits ne sont jamais totalement sérieux, et puis il y a ce côté satirique envers les intellectuels new-yorkais qui est toujours aussi plaisant. J'ai quand même une légère préférence pour Hannah et ses Soeurs, plus bergmanien, mais ça reste un de mes Allen préférés. Et puis un film dans lequel il est dit que Bergman est un génie ne peut pas être mauvais  mrgreen

manhattan